Interview de Iael Joly, influenceuse du positif

Iael Joly est une mannequin Plus Size active dans le milieu du Body positivisme qui a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions… 

Photographie @Arthur Hubert Legrand
Photographie @Arthur Hubert Legrand

Dans une biographie de vous, j’ai lu que plus jeune vous souffriez de votre corps… Comment avez vous fait pour vous assumer ? :

 

Ça n’a pas été quelque chose de soudain, j’ai mis du temps (plusieurs années). On ne se défait pas de quelque chose qui nous a touché toute notre vie, en quelques jours. Mais le déclenchement pour moi a été une dépression sévère qui m’a fait abandonner mon mode de vie précédent et m’a amené à réfléchir à ce que je voulais. Pour ça j’ai déménagé de chez mes parents (à 18 ans) et ça a déjà été un soulagement pour mon corps (mes parents me complimentaient beaucoup sur mes capacités intellectuelles mais me faisaient toujours comprendre que je devais perdre du poids). Donc voilà, ça a commencé comme ça. Ensuite j’ai « pratiqué ».  


–  À l’époque où vous portiez du 38/40 vous vous trouviez grosse. Pourriez vous expliquer les raisons de ce mal-être ?

J’ai subis une pression de la part de mes parents (ma mère est une femme très fine). Ils me voyaient trop grosse et en faisaient le problème principal de ma vie, donc je croyais aussi être trop grosse et que c’était ça « le plus important ».


J’ai vu que vous faites du sport pour vous sentir mieux désormais. Avez vous peur de redevenir fine ?

J’en fais pour mon plaisir, mais je n’ai pas peur de redevenir fine. Je suis grosse et je m’aime beaucoup ainsi, mais je trouve les personnes minces comme les personnes grosses très belles/beaux. Donc redevenir mince ne serait ni une bonne ou mauvaise chose, je pense que je m’aimerais toujours autant si ça m’arrive. 🙂


– Peut-on dire que poser nue vous a aidé à vous libérer ?

Non, j’ai posé nu après m’être assumé. Et je pense que c’est dans cette ordre là que les choses doivent se passer. Si on pose nu avant d’être bien dans son corps, on s’expose à des critiques que l’on n’est peut-être pas prêt à encaisser et qui peuvent nous détruire encore plus.


Le changement, c’est maintenant :

– A quel moment de votre vie vous vous êtes dit qu’il était temps de ne plus faire attention aux regards des autres ?

C’est venu en même temps que la confiance en soi.

Photographie @Sapph lingerie
Photographie @Sapph lingerie

Moi et les autres:

– Sur Instagram ou dans la rue, comment réagissez vous au body shaming ?

Je n’en subis pas dans la rue, c’est même plutôt l’inverse… la drague lourde tout ça (qui peut d’ailleurs impacter sur la confiance en soit car ça peut donner la sensation que notre corps ne nous appartient pas). Mais je sais m’en défendre en confrontant la personne. Sur les réseaux sociaux je n’en subit pas beaucoup, la plupart des gens qui me suivent sont bienveillants, il n’y en a que 1 ou 2 par semestre mais il ne sont pas « violents », donc quand c’est en commentaire d’une image je leurs réponds tranquillement et s’ils ne se raisonnent pas je les bloque. Et quand c’est par message je bloque.


– Comment les autres mannequins vous considèrent ?

Ce sont des humains avant tout, donc comme tout groupe d’humain. Il y en a qui m’adore et soutienne ma présence publique et d’autres qui ne pensent pas que j’ai ma place dans la mode.


Les hommes ont-ils changé leur regard depuis que vous êtes mannequin ? 

Oui et non. Leur regard a changé depuis que je suis mannequin mais ce n’est pas parce que je suis mannequin mais plutôt parce que j’ai bien plus confiance en moi qu’avant (je ne dis pas que je suis mannequin aux personnes que je rencontre en dehors de mon travail). Les personnes qui ont confiance en eux sont attirantes, c’est le charme.


– Pourquoi vous sentez-vous plus séduisante aujourd’hui que lorsque vous étiez plus mince ?

Parce que j’ai davantage confiance en moi, une meilleur estime de moi et de mon corps. Je vois mon corps comme il est sans passer par le regard des autres.


De nombreuses actions :

Capture d’écran du site, le 7 mai 2020

– Quel a été le déclic pour faire qu’aujourdh’ui , vous deveniez « activiste body positive »?

Il n’y a pas eu de déclic, simplement j’ai partagé des images de moi et les gens m’ont dit que ça leur faisait du bien de voir des formes et qu’ils s’identifiaient à moi. Donc au fur et à mesure j’ai partagé mes photos, un peu plus mon expérience. Les gens s’identifiaient et c’est arrivé comme ça.


– Vous participez aux « Les nanas d’Paname ». Quels sont les buts et les actions de ce collectif ? 

C’est un collectif qui prône le partage, l’entraide et la sororité. Leurs actions visent à faire avancer les choses, à améliorer la place de la femme dans la société et également à diffuser des messages positifs et bienveillants.


Quel est le véritable message que vous avez  voulu faire passer aux gens quand vous avez écrit 
« I am a fucking Tiger » (« je suis un putain de tigre ») le 18 août, sur Instagram ?

Je ne sais pas le préciser davantage juste une phrase qui me vient souvent quand je vois mes vergetures qui me font penser à des rayures de tigre.


– Pensez-vous que, vu que les femmes rondes commencent à être acceptées dans les critères de beauté actuels, les hommes gros, ronds puissent eux aussi commencer à être valorisés et définis comme beau ?

Oui bien sûr. En réalité c’est même déjà plus accepté pour les hommes que pour les femmes. Quand on regarde les personnes célèbres du genre acteurs, chanteurs etc… Lorsque c’est un homme gros il est considéré pour son talent à égalité avec les hommes minces alors que lorsque c’est une femme on en parle dans les magazines comme une femme grosse avant de parler de son talent. Sans parler de la proportion hommes gros/femmes grosses qui sautent aux yeux par exemple dans les films. C’est très courant de voir un homme gros ou avec un peu de bedaine dans un film, alors qu’une femme grosse ou même un peu enveloppée c’est beaucoup plus rare, ou alors c’est le sujet du film. En réalité un homme gros est souvent plutôt considéré comme « costaud » que comme gros. Mais il y a bien sûr également des hommes qui souffrent des clichés de minceur et je pense qu’ils peuvent aussi s’en défaire, il y a d’ailleurs aussi des acteurs du body positivisme hommes 🙂

Dernière question : Quels conseils donnez vous à toutes les personnes qui se sentent mal dans leurs corps ?

Capture d’écran d’une story Questions / Réponses à laquelle notre journaliste a participé

Les interviewers @cariboubaveux et @widiinnaa

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s